Ze vervuilen de planeet, wij vervuilen hun ramen // Ils salissent la planète, nous salissons leurs vitrines

STOP CLIMATE CRIMINALS

Ze vervuilen de planeet, wij vervuilen hun ramen // Ils salissent la planète, nous salissons leurs vitrines

FR// Ce vendredi, le collectif Ecolo-J est allé repeindre la façade des grandes banques belges à Bruxelles. Leur objectif : dénoncer la responsabilité des banques dans la crise climatique.
 
“Ils salissent la planète, nous salissons leurs vitrines. ” 🚮
 
NL// Afgelopen vrijdag is het collectief Ecolo-J de gevels van de grote Belgische banken in Brussel opnieuw gaan beschilderen. Hun doel: de verantwoordelijkheid van de banken in de klimaatcrisis aankaarten.
 
“Ze vervuilen de planeet, wij vervuilen hun ramen. “ 🚮
 
#STOPCLIMATECRIMINALS
#COP24
—————————————————————————————————

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Alors que se prépare la grande manifestation « Claim the Climate » le 2 décembre prochain à l’occasion de la COP24, Écolo j passe à l’action en réponse à l’appel citoyen #ActForClimateJustice pour dénoncer les criminels climatiques. Nous les connaissons, ils ont un nom et une adresse, et nous nous y sommes rendu.e.s.

Ils salissent la planète, nous salissons leurs vitrines. Tel est l’esprit de l’action qu’Écolo j a conduit ce samedi 24 novembre en marquant les agences des banques les plus irresponsables de mains rouges et de slogans forts.
L’objectif de cette action de désobéissance civile assumée était, d’abord, de sensibiliser les citoyen.ne.s de façon percutante sur le rôle actif que jouent les institutions financières dans l’aggravation de la crise climatique, et ensuite, d’appeler à une mobilisation massive le 2 décembre afin de mettre pression sur notre gouvernement pour qu’il adopte enfin une politique environnementale crédible et radicale.
Nous estimons qu’il relève de notre responsabilité de tout faire pour empêcher des entreprises cupides et des dirigeant.e.s complices de nous faire franchir les lignes rouges de 1.5°C de réchauffement.
Dans cette crise, la responsabilité des banques est sans équivoque. Parmi les plus importantes en Belgique, BNP Paribas est la 5ème banque internationale en termes de soutien aux énergies fossiles avec plus de 57 milliards d’euros investis entre 2009 et 2015, soit 9 fois plus que les sommes consacrées aux énergies renouvelables. Pour ING, ces montants s’élèvent à 7,14 milliards d’euros pour la période 2014-2016.
Mieux encore, alors que la plupart des grandes banques ont commencé à commercialiser des produits d’épargne autoproclamés « socialement responsables », ceux-ci sont en fait à 89% composés d’actions et d’obligations black-listées par les ONG qui luttent pour une finance éthique. Ainsi, les institutions financières traditionnelles procèdent à un « greenwashing » de leurs produits et trompent allégrement leurs client.e.s.
La récente fuite d’une note interne de BusinessEurope, le syndicat patronal européen, révélant la stratégie de cette organisation pour s’opposer à toute hausse des ambitions climatiques de l’UE n’est qu’un dernier rappel cuisant de la lourde responsabilité de la finance et des multinationales dans la catastrophe environnementale qui nous guette.

Notre message est clair : il faut désinvestir les capitaux des énergies fossiles et investir massivement dans les énergies renouvelables. Aux banques et entreprises, nous demandons de mettre fins aux pratiques funestes qui sont les leurs et d’adopter de vraies politiques de responsabilité sociale et environnementale. Aux citoyen.ne.s, nous les incitons à saisir le pouvoir que leur confère leur statut de consommateur.ice.s, mais aussi celui d’épargnant.e.s, à retirer leur argent de ces banques et à le placer ailleurs.
Pour finir, à nos dirigeant.e.s politiques, nous exigeons une sécession totale avec la politique économique menée actuellement et l’imposition de règles strictes en matière d’investissement.
En fin de compte, ce sont elles et eux, les élu.e.s, qui doivent des comptes à la population, et seuls les états disposent des leviers nécessaires pour induire un changement de cap crédible.

Pourtant, les gouvernements successifs, aveuglés par la doctrine du néolibéralisme qui veut que l’on fasse confiance à des marchés prétendument vertueux et qu’ainsi tout se réglera comme par magie, ont brillé par leur inaction. Le gouvernement MR-NVA actuel excelle particulièrement en la matière. Dans cette optique, nous invitons tout le monde à se rendre comme nous à la grande manifestation du 2 décembre pour scander notre colère.
Nous ne l’avons que trop répété. Le changement climatique est entré dans une phase alarmante, le dernier rapport du GIEC n’a fait que le rappeler. Face à l’urgence, et au risque de disconvenir aux bonnes mœurs, nous agissons.

—————————————————————————————————

No Comments

Add your comment